J’ai fait une mono diète de trois jours à base de pommes

J’en avais déjà fait deux auparavant  à base de raisins à la moitié de mon voyage en Australie et avec des bananes lors de mon retour après 10 mois de vie de baroudeuse.

A l’époque je n’ai pas fait les trois jours parce que j’avais surtout envie de nettoyer mon organisme et je n’avais pas non plus de grande conviction à faire ces mono diète.

Aujourd’hui tout est différent : j’ai pris la décision de faire cette diète car depuis ma rupture qui date de 5 mois beaucoup de choses se passent en moi. Je suis une personne qui cogite beaucoup mais genre beaucoup trop. Mon principal problème c’est de ne pas savoir lâcher prise. Bien que ça peut être considéré comme une qualité dans le sport, dans certains aspects de la vie il faut savoir lâcher. Je travaille donc mentalement sur cette idée depuis plusieurs mois.
J’ai également beaucoup de choses à digérer, que je ressasse sans arrêt. J’ai développé de l’eczéma, ma peau est de moins bonne qualité et me démange sans cesse, mes nuits sont agitées, j’ai des périodes de fortes transpirations surtout la nuit … Bref et comme je suis assez spirituelle je suis persuadée que tout ce qui ne se dit pas, s’exprime à travers le corps.

Vu que depuis 5 mois je suis de nouveau à l’écoute de moi-même après des années à m’être mise de côté, j’ai pris conscience qu’il fallait que je nettoie mon corps de tous ces maux qui se sont encrassés.

On y croit ou non … Peu importe, se sont mes convictions !

Avant de commencer j’ai accepté le fait que j’allais avoir faim, que j’allais peut être avoir mal à la tête et que ça serait long et difficile. Je me suis vraiment dit « ça va être un moment difficile mais c’est un mal pour un bien. »

Dans mon incapacité à lâcher prise, avant je n’arrivais pas à accepter ce genre de sentiment. Je luttais en permanence contre les émotions négatives qui pourtant sont des émotions qui doivent être vécues pour mieux profiter ensuite. Vous comprenez donc que j’ai tenté cette expérience plus pour le côté spirituel que pour le côté physique.

JOUR 1

Je crois que mon corps a compris ce qui allait se passer car je me lève avec une énorme faim ! Mais je suis convaincue de mon expérience, je sais exactement pourquoi je me lance dedans alors sans réfléchir plus longtemps je mange ma première pomme.

Je pars ensuite faire ma séance de musculation jambes/fessiers comme tous les lundis matins. Pas de fatigue ni de problème quelconque mais en même temps c’est la première heure de la journée 😉
J’arrive au travail comme d’habitude je raconte ma vie à tous mes collègues et ils deviennent rapidement tous au courant de mon projet. Et oui comme ça en cas de mauvaise humeur ou de mauvaise productivité j’ai une bonne excuse haha

Durant cette première journée je n’ai pas ressentie de faiblesse ou de migraine. Une sensation de faim mais comme avant un repas, rien de bien difficile à gérer. Même si de voir la nourriture dans mes placards ou mon frigo m’a donné un peu l’eau à la bouche, je n’ai pas eu du tout de mal à passer à autre chose.
J’ai énormément apprécié le fait de savoir que si je ne mangeais pas c’est parce que je l’avais décidé et non parce qu’on me l’a imposé.

Je voulais profiter de ma soirée pour faire du yoga doux et méditer mais j’avoue que j’ai plutôt appelé mes parents que je n’ai pas vu depuis 3 mois :p

J’ai mangé au total 7 pommes et bu des litres de thé et d’eau. D’ailleurs avant d’aller me coucher j’avais très soif.

JOUR 2

Je me suis réveillée avec une petite sensation de faim mais encore une fois rien d’insurmontable. J’avais également l’énergie et la motivation d’aller faire ma séance dos à la salle.

Ce jour-là j’ai ressenti un pur bien être mental, je n’avais pas l’impression d’être parasité par des pensées inutiles et oppressantes, j’avais le sourire, je me sentais beaucoup plus tranquille et sereine. Et vu les derniers mois, ça n’a pas de prix et ça vaut le coup d’avoir un peu faim.

Vers 17h j’ai commencé avoir très faim mais cette sensation m(a fait me sentir plus vivante même si de savoir qu’il va falloir que je tienne une journée de plus me paraissait un peu long. Du coup j’ai eu un gros coup de fatigue en début de soirée mais comme je n’avais rien prévu je suis allée au lit le plus tôt possible, après une séance de méditation.

Je n’ai eu aucune migraine ni de baisse d’énergie durant cette deuxième journée. Il faut dire que j’ai quand même une alimentation saine : je ne mange pas de viande, je mange des légumes et protéines à chaque repas, je ne fais pratiquement jamais d’excès (sauf au niveau alcool ces derniers temps #sorrybutnotsorry) et je ne mange pas plus que les besoins de mon corps. Je ne suis pas fan des raclettes et autres trucs gras propre à l’hiver. Du coup mon organisme était plutôt bien préparé à ce type d’expérience.
Je pense qu’il vous faudra reprendre un peu votre alimentation avant de vous lancer dans une mono diète pour éviter de choquer votre corps. Je vous conseille les jours précédents de supprimer le pain, l’alcool et de réduire le mauvais gras et la viande.

JOUR 3

Le réveil est un peu plus difficile malgré une longue nuit de sommeil car la faim commence à être prenante. Je n’ai même pas eu envie de petit déjeuner une pomme au réveil. Ce matin-là j’ai reporté mon run à une marche au bord de la plage en soirée (l’avantage de l’heure d’été) (que je n’ai finalement pas envie la force de faire).
En arrivant au travail je mange tout de même une pomme et la sensation de faim s’est atténuée. On m’a tout de même signalé que j’ai l’air un peu fatigué et pâle. Et il est vrai que j’ai assez froid alors que tout le monde est bien.
Mon appartement se situe en haut d’une montée, à deux minutes à pied de mon travail. Le midi en rentrant chez moi durant la pause, j’étais un peu essoufflée après cette fameuse montée alors qu’habituellement je la fait trois fois par jour sans aucun problème. Cela dit rien d’alarmant non plus (pas de migraine ou de vertiges) !

L’après-midi a été un peu plus rude car la sensation de faim était très présente et un petit ras le bol des thés et des pommes m’a fait renoncer à la combler.
Par contre même lorsque mes collègues se baladaient avec leurs chocolats ou leur repas du midi ca ne m’a pas donné spécialement envie. Rien ne me fera craquer 😉

Malgré une petite baisse d’énergie, mon capacité mentale ne sont pas impactées et bien au contraire je suis plus productive et dans l’action que ces derniers temps. J’arrive enfin à réaliser les points de ma TO-DO pro et perso qui stagnent depuis un moment sur le papier.
Comme je ne suis plus parasitée par des millions de pensées, j’arrive plus facilement à me focaliser sur l’essentiel !

Conclusion

Cette expérience m’a permis de me reconnecter à mes émotions, de supprimer les pensées lourdes et inutiles qui ne font pas avancer voir qui me ralentissent, d’accepter de lâcher prise et d’apprendre de faire preuve de patience durant les moments difficiles.

Je suis fière d’avoir tenu jusqu’au bout car je n’aurais pas cru un jour y arriver (je ne saute déjà jamais de repas bon en même temps ce n’est pas conseillé haha) et d’avoir su gérer sereinement cet inconfort. J’en ai même fait ma force !

No Comments

Leave a Comment